Les forêts tropicales et équatoriales originelles sont de véritables trésors vivants d’espèces végétales, parmi lesquels on trouve les plus anciens fruits du monde, certains remontant même à la fin du Crétacé (66 millions d’années). C’est dans cette catégorie que se rangent des fruits tels que le cempedak, le durian et le jaque.
Ce qui est fascinant, dans ces fruits, ce sont leurs saveurs. Des saveurs sauvages, venues du fond des âges, dont nos cellules semblent se souvenir, nous plongeant soudain dans la magie de la forêt originelle. Mais ces retrouvailles ne sont pas instantanées. C’est comme si la plante et l’homme avaient besoin de prendre leur temps, de s’observer, de s’apprivoiser. Une fois que votre corps s’est souvenu, beaucoup vivent une expérience unique, parfois si intense qu’elle est comme un instant de perfection, de communion avec le fruit et la forêt. Le désir de protéger la forêt prend alors une autre dimension. La forêt devient la source d’un plaisir authentique, profond, qui nous relie avec notre vraie nature, vivante et intemporelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *